VOS TÉMOIGNAGES

Véronique - le 15/04/2020

Monsieur le député,
Cela fait quelques temps que je vous ai adressé un message concernant l’augmentation des prix alimentaires. Je suis régulièrement les chaines télé pour me tenir informer. Certains dirigeants de grandes surfaces nous informent qu'il n'y a eu aucune augmentation sur le pourvoir d'achat. Seulement, ils oublient de dire, qu'ils ne présente dans leurs rayons que des produits de marques beaucoup plus chers.
Voilà comment nos factures d'achats deviennent explosives.
Cordialement

Isabelle - le 15/04/2020

Bonjour Fabrice, bonjour à tous,
Avez-vous des questions de parents ardéchois d'enfants étudiants, qui payons actuellement des loyers pour les logements étudiants de nos enfants, alors qu'ils sont inoccupés, de fait, (nos enfants sont confinés chez nous en Ardèche depuis le 14 mars dernier). Et  ceci jusqu'à vraisemblablement septembre prochain, rentrée 2020. 
Ne pourriez-vous initier une réflexion sur une "forfaitisation locative Covid 19" spéciale étudiants logés dans le parc privé,  avec une réduction forfaitaire temporaire du loyer de avril à août prochain.  Accord  à rechercher avec les bailleurs, car je crains que les agences immobilières en charge des mandats de gestion locative, ne résistent à ce genre de compromis.
(On pourrait même imaginer que les pouvoirs publics réduisent la CSG sur le reliquat de loyer pour encourager les bonnes volontés... ? on n'est plus à une ramification de l'usine à gaz fiscale près)
Sinon nous risquons de devoir donner les préavis, vider les lieux et   "sécher" ainsi les petits bailleurs de ressources et donc abonder au cercle vicieux de la casse économique...Et puis il faudra se réinstaller l'année prochaine...
En même temps, 5  mois de loyer pour se loger dans une ville universitaire en attendant la reprise de septembre...c'est du pur  mécénat.
Merci pour votre attention, à vous lire bientôt, 
Isabelle NGUYEN

Raymond - le 14/04/2020

 Ouverture des écoles à partir du 11 Mai ? 
Cela serait irresponsable, une aberration. Les classes sont surchargées, mettre
25 enfants dans 20M2 autant dire que les efforts de confinement seraient réduits à néant. Comment faire tenir à distance des gamins qui jouent en récréation? Comment leur faire garder un masque?
L'ouverture des crèches? mais c'est de là que partent toutes les maladies infantiles alors le coronavirus va faire son chemin!
Comment faire supporter un masque à des enfants de 1 an  qui se contaminent
allègrement en marchant à quatre pattes?
Cette décision est terrifiante!
C'est vrai qu'il faut que l'économie reparte et que les parents n'aient pas un fil à la patte pour pouvoir reprendre le travail mais ça va être une catastrophe
sanitaire!

Robert - le 11/04/2020

La communication gouvernementale erratique pour ne pas dire grotesque sur la protection contre le Covid m’amène à me poser des questions “hors sujet“. Quand nous n’avions pas de masques ils étaient inutiles, etc…etc…
Savez-vous que la tuberculose tue 700 personnes/an en France ? 
Pendant ce temps :
“Depuis le 11 juillet 2007, l'obligation de vaccination par le BCG chez l'enfant et l’adolescent est suspendue au profit d'une recommandation forte de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose, c’est-à-dire ceux qui répondent au moins à l'un des critères suivants :
•    enfant né dans un pays où la tuberculose est répandue ;
•    enfant dont au moins l'un des parents est originaire de l’un de ces pays ;
•    enfant devant séjourner au moins un mois d’affilée dans l’un de ces pays ;
•    enfant ayant des antécédents familiaux de tuberculose (parents ou frères et sœurs) ;
•    enfant résidant en Ile-de-France ou en Guyane ;
•    enfant dans toute situation jugée par le médecin à risque d'exposition au bacille tuberculeux notamment les enfants vivant dans des conditions de logement défavorables (habitat précaire ou surpeuplé) ou des conditions socio-économiques précaires, ainsi que ceux en contact régulier avec des adultes originaires d’un pays où la tuberculose est répandue.
Concernant la vaccination des professionnels de santé, le décret suspendant l’obligation de vaccination contre la tuberculose des professionnels de santé a été publié le 1er mars 2019. Ainsi la vaccination par le BCG n’est plus exigée lors de la formation ou de l’embauche de ces professionnels.“
Je crois rêver. Le BCG est souvent en pénurie, il doit coûter trop cher à la SéCu alors on fait comme pour les masques, on dit que la tuberculose ce n’est pas grave. On économise des € au risque d’avoir des morts (qui coûtent très chers tant qu’ils sont vivants en soins).
Idem pour la rougeole : pourquoi ne pas rendre la vaccination contre cette maladie obligatoire et faire respecter cette obligation.
Idem pour la grippe courante. Est-il admissible que les personnels de santé ne soient contraints à la vaccination annuelle.
Lorsque je suis parti au Tchad faire mon service militaire, le BCG était obligatoire pour prendre le départ. Au bout de la troisième tentative j’étais enfin vacciné. Bien content de l’être car mon gardien (un ancien “tirailleur sénégalais“) était tuberculeux !

Jean-Louis - le 09/04/2020

Bj il me semble que le dépistage devrait se faire rapidement. Maître en place très vite donner les moyens aux laboratoires de pratiquer les test. Pour les protections s assuré d une meilleure répartition et rendre le port du masque obligatoire à toutes les personnes qui sortent de leur domicile. Bon courage à tous le personnel hospitalier. Je n oublie pas non plus les élus qui souvent sont exposés à des risques. Je soutiens les forces de l'ordre pour le respect du confinement.

Véronique - le 07/04/2020

Monsieur le Député,
Cela fait plusieurs jours que nous sommes confinés à nos domiciles. Nous n'avons pour nous informer que les médias télévisés qui nous annonçons, je ne sais quoi..... Maintenant plus de congé en été, mais cela est secondaire.......Je pense que tout les français aimeraient savoir où nous en sommes sur ce coronavirus............la notion soporifique ne peux durer qu'un temps.....
S'il faut  rester en confinement sur plusieurs mois, il serait sincère de ne plus nous prendre pour des moutons ou des bébés. Je pense que nous savons entendre la réalité............ Nous avons des enfants, petits enfants et nos aînés à qui nous ne savons plus quoi leurs dire.... Nous sommes la génération qui restera peut-être debout, mais nous n'avons aucune réponse à leur donner.... Nous attendons de nos exécutifs qu'ils nous donnent des réponses concrètes, sans partir dans la démonstration public et politique mais dans une réalité dans le long terme. S'il faut changer nos habitudes, je pense que tout français responsable sera a même de l'accepter. 
Cordialement
Il est 5h52 plus sommeil car plus d'activité professionnelle....... mais dans l'espoir de prendre un nouvel objectif dans nos décisions. ( Aînés, Enfants, Petits Enfants)

 - le 07/04/2020

Merci monsieur de nous permettre de nous exprimer. Je suis Ardéchoise et j'aimerai que tous les Français puissent se faire dépister pas seulement les politiques, les "people" ou les Marseillais (tant mieux pour eux). Pourquoi ceux ci et pas les autres ? Cela permettrait aux négatifs d'aller travailler et aux positifs de ne pas contaminer leurs proches et chaque fois qu'ils sortent comme c'est le cas depuis 3 semaines. peut on imaginer le nombre de personnes qui auraient pu éviter d'être malades  ? Il ne faudrait pas ajouter à la crise sanitaire une récession économique sans précédent. Je pense à tous les micro entrepreneurs, les restaurateurs, les professionnels du tourisme, les artisans, les commerçants... qui ne pourront pas attendre 3 mois la reprise.
Pourriez vous favoriser, a la sortie du confinement, une concertation nationale pour réfléchir à la gestion d'une autre crise sanitaire afin que les errements actuels ne se reproduisent plus et surtout un retour à l'indépendance sanitaire et alimentaire pour notre pays et l'Europe ?. On voit bien ou nous a emmené la course aux dividendes de certains. Merci beaucoup.

Dany - le 04/04/2020

Monsieur le Député,

Voilà plusieurs jours que je voulais poster ce message, mais le sujet est tellement insignifiant quand on regarde l'ensemble des problèmes que vous avez à traiter que j'ai, plusieurs fois, renoncé.

Monsieur Jérôme Salomon vient de se rendre compte que "peu de protection" valait mieux que "pas de protection du tout" et annonce que les personnes qui le voudraient, pourraient porter des masques "même alternatifs".

C'est bien beau, mais elles les prennent où, ces masques ? 
Certainement pas dans les pharmacies qui n'en ont pas pour le public.

Restent les cousettes bénévoles qui, comme moi, n'ont pas attendu d'en avoir l'autorisation pour se mettre à leur machine à coudre et distribuer gratuitement les protections qu'elles fabriquent

MAIS au  bout de plusieurs jours,  nos réserves personnelles se sont épuisées et la matière première vient à nous manquer, particulièrement l'élastique…. 
Or les merceries sont fermées !
Les supermarchés vendent bien du ruban élastique sur cartonnettes, mais les prix atteignent des sommets: 2,50€ /m soit pratiquement trois fois le prix au détail chez nos fournisseurs habituels.  
De plus, ces commerces n'ont pas  l'ensemble des fournitures qui nous sont indispensables. 

Pourriez-vous user de votre influence après de Madame la Préfète, pour lui demander d'ajouter les merceries au nombre des commerces "utiles" à l'instar des magasins de bricolage et des jardineries, et de nous octroyer  le temps nécessaire pour aller nous approvisionner  à la ville ?

Sinon, même les masques "alternatifs" vont finir par faire défaut !

Merci d'avance

Robert - le 04/04/2020

Fonton (31) pas de pain de mie, pas de bûches de chèvre (alors que les chèvres produisent tous les jours) . Rétention du super marché pour imposer des produits sur lesquels il gagne plus ?????
Les œufs !!!!!! un luxe , il en manque tous les jours, pourtant les poules pondent???

Robert - le 04/04/2020

Je rêve! Je viens de lire
"La vaccination contre la tuberculose n'est plus obligatoire depuis 2007. Un décret suspendant son obligation aux professionnels du secteur sanitaire et social a été publié le 1er mars 2019. Ainsi la vaccination par le BCG n'est plus exigée lors de la formation ou de l'embauche de ces professionnels dès le 1er avril 2019. Néanmoins, les médecins du travail peuvent proposer le vaccin antituberculeux BCG au cas par cas aux professionnels du secteur sanitaire et social non antérieurement vaccinés et ayant un test immunologique de référence négatif et susceptibles d'être très exposés tels que :
les personnels en contact répété avec des patients tuberculeux et tout particulièrement ceux à risque de tuberculose multi résistante.
les personnels de laboratoires travaillant sur les mycobactéries (cultures, modèles animaux…).

En ce moment où toute infection pulmonaire peut-être dramatique sur  des organismes affaiblis, je découvre que la population n'est plus vaccinée contre la tuberculose. Jamais je n'aurais imaginé cela en France, alors que circule du bacille résistant aux antibiotiques, et que nos frontières sont des passoires pour des populations souvent porteuses. Et j'ai eu la preuve que nos généralistes ne sont plus à même de diagnostiquer cette maladie devenue rare

Thierry - le 04/04/2020

bonjour,
je suis saisonnier (fabrication et vente de glaces) sur place et à emporter,
 en mars mon entreprise n'a pus ouvrir par décision administrative, établissement recevant du public.
Conséquence 
1 je ne peut pas  constituer mon stock pour préparer l'ouverture j'ai envieront 2 à 3 semaine de production pour pouvoir ouvrir, ce qui veut dire que si on démarre  fin avril je ne pourrait pas ouvrir avant le 15 Mai.
2 une entreprise qui réalise un CA sur 12 mois le mois d'avril représente 1/12 du CA annuel, je réalise mon chiffre d'affaire sur 6 mois ce qui par comparaison avril représente une perte de CA de 2/12. pour compenser les entrepriseSs saisonnières  il faudrait une aide de 3 000.00 € .
merci

Yves - le 03/04/2020

On commence à parler de l’expertise après la fin de cette pandémie
En fait l’expertise probablement très complexe devra permettre de mettre en place un système d’analyse d’une crise qu’elle soit virale, bactériologique, biologique, nucléaire , sismique, volcanique, hydraulique, électrique, famine... avec des groupes experts de confiance qui en réserve, puissent se réunir et décider sans limite budgétaire, des actions opérationnelles à mener pour se sortir le plus rapidement et avec le moins de casse possible du problème impromptu qui nous affecte.
Il faut admettre l’accident dont on ne cherche pas la responsabilité mais les solutions pour le prévenir ou le « guérir »

Jeannine - le 03/04/2020

Bonjour. 
Je pense qu'il serait JUSTE de verser 1500 euros à TOUS  les  MICRO ENTREPRENEUR , ce qui serait un "FORFAIT  de  SUBSISTANCE", 
 au lieu de rajouter la condition :  -70°/.du chiffre d'affaire de mars 2019 ...
et POUR FINANCER CELA : réduire proportionnellement ce qui sera donné aux Grandes Entreprises.
MERCI  pour votre engagement au Service de tous.
Jeannine

Yves - le 02/04/2020

Bonjour,
Je me pose cette question qui pourrait être transmise au comité scientifique:
si le covid-19 s'introduit et se propage par les voies respiratoires dans les poumons, et si ce virus meure à une température de 50°C , ne serait-il pas un moyen de le freiner ou le tuer , que de faire des séances de sauna (ou inhalations sèches), qui feraient respirer de l'air sec à 80° ?
Qu''en est-il de sa propagation dans le nord de la Suède qui utilise beaucoup en cette saison ce type de thérapie ? Peut-on questionner et vérifier l'état de contagion de ceux qui l'utilisent quotidiennement dans les pays nordiques ?
Sincères salutations

Véronique - le 01/04/2020

Bonsoir.
J'ai déjà fait parvenir un message au Président de la République pour signaler que l'achat dans nos super-marchés avaient réévalué leur prix à la hausse pendant cette période difficile "Coronavirus". Une réponse m'a été faite avec une lettre type sur le confinement mais pas sur ma question sur la hausse des produits dans nos commerces................ Je pense que je n'aurai jamais de réponse. 
Depuis peu, je reste en contact avec des gens de la terre. Après diverses conversations, il apparaît qu'ils espèrent reléguer les grandes surfaces alimentaires à leurs profits.......Je pense qu'ils n'ont pas compris que l’intérêt des agriculteurs de notre région est de promouvoir leur savoir faire sans calculer une marge à la hausse comme ces grandes surfaces  pour faire revenir des particuliers à la source. Des témoignages j'en ai plus que plus. Mais avec notre politique actuelle, il n'est pas nécessaire de les signaler.... Cela n’intéresse personne au plus haut.
Merci Monsieur le Député de m'avoir accordé la possibilité de m''exprimer.......
Restante à votre entière disposition.
Cordialement

Laurent - le 01/04/2020

Monsieur le Député,
Mon coup de gueule d'aujourd'hui, vous savez et vous avez lu comme certains dans le dauphiné  libéré et réseaux sociaux un manque important de matériels médicaux (masques, gants, sur blouse, etc) pour que le personnel de santé puisse faire face à ce virus. Hier sur le journal, un appel  des hopitaux locaux  faisait un appel à la  générosité des personnes du BTP et autres pour que leur fournir certains matériels qui manquent encore. Aujourd'hui bien sur avec mon attestation j'ai fait des courses pour plusieurs personnes âgées afin quelles restent confinés et bien avec toutes les précautions d'usages pour les protégés, la ou je veux en venir lorsque j'attendais devant mon intermarché de mon secteur, une personne portée sur son nez un masque chirurical et se vantait de l'avoir un stock de masques par sa femme qui travaillait au CHG d'Aubenas. J'appelle ça déjà du vol. Moi je prend des foulards que je change tous les jours et des gants de ménages que j'achète et que je jette tous les jours. Nous sommes controlés pour notre attestation de sorties. Ma question est, je rencontre tres régulièrement des gens avec des masques fp2 ou chirurgicaux se balader ou faire leur courses, serait il possible comme pour les attestions de sortie, qu'on demande à ces personnes un justification de la provenance de leur masque ? Hier je me suis fait controler avec mon attestation pour vider mes poubelles à 50 mètres de chez moi, je crois que ce gouvernement ne devrait pas abuser avec ce système pour récupérer de l'argent. Merci de votre compréhension monsieur député et merci pour ce que vous faites

Robert - le 30/03/2020

Maraichage niveau pro et niveau amateur:
La saison de plantation des légumes estivaux approche. Comment peut-on être certain que les maraîchers professionnels et amateurs vont avoir des plants à disposition. Pour les pros la production de plants est quasi une industrie de spécialistes . Comment s'assurer que ça va fonctionner de A jusqu'à Z. Pas de plants , pas de salades, pas de tomates, pas de courgettes, pas de poireaux….
Pour les "parts" pas de graines pas de semis, des jardineries closes: pas de plants. 
Il y aura-t-il vrai crise légumière en été et automne? 
Actuellement la production est à détruire et en été, si rien n'est prévu maintenant, il faudra se battre pour acheter manger des légumes
La supply-chain légumière demande de l'anticipation

Christian - le 30/03/2020

De mieux en mieux !!! Alors que nombre d’entre nous subit des pertes de CA de 50 à 80% les forces de l’ordre font du zèle et détournent la clientèle vers la GMS !!! Plusieurs collègues m’ont fait part  de clients verbalisés en sortant de la boulangerie !!! C’est la triple peine ! C’est une honte !!!
Il faut que cela cesse  !!!
Ch MARTIN  VP de la CNBF et Pt de la Boulangerie 07 .

Blachère - le 30/03/2020

Bonjour Monsieur le député, 
J'habite sur Villeneuve de Berg, ou nous avons un Höpital local  qui comprend un V150, une MAS et un EPADH. Nous avons aussi sur notre commune une maison de retraite de l'Ibie. Je tenais à témoigner car je suis scandalisé de voir sur les journaux (dauphiné libéré)  et autres ainsi que des radios comme radio france drome d'annonce comme si on faisait des pronostics de loteries de connaitre le nombre de décés du au virus et combien d'agents sont contaminés. Radio france drome a publié récement le nombre personnés décédés et 2 soignants contaminés, mais ou ont ils informés ?. Je crois a mon avis seul l'ARS peuve divulgué ce informationen Ardèche. Serait il possible que le gouvernement interdise ces publications sur nos journées, Radios, et bien sur les réseaux sociaux. Vous vous rendez compte que certains veulent savoir le personne contaminé. Ces personnes soignants qu'on applaudie le soir à 20 heures et qu'on lynche le lendemain matin.  Ces personnes soignantes que personne  ne serait volontaire pour aller au front et qu'on critique.  Vous vous rendez compte ce quelles peuvent vivre en moment, ceux ne sont pas des meutrières, et être obligés de se cacher et leurs familles.Alorsdans ses cas la, nous avons qu'a faire comme la peste au moyen age, les brulés sur un buchet  sur la place publique pour rassurer la population. Je sais comme vos êtes tout comme bon ardèchois, que vous n'avez pas votre langue dans votre poche et heureusement que vous êtes la pour comprendre ses situations. Je souhaiterais qu'on interdise ce type de diffusions et que les petits curieux s'adressent au site de l'ARS. merci beaucoup

Jacques - le 30/03/2020

bonjour, je suis commerçant, mon épouse conjoint aidant. Nous n'avons pas d'autres revenus que celui de notre commerce, qui est à l'arrêt depuis le 16 mars. On a reporté nos charges pro (pas toutes, ex assurances) jusqu'en mai, cela signifie qu'en mai nous devrons payer 3 mois de charge, alors que nous n'aurons pas de revenus entre temps ! Nous avons aussi des charges privées (loyer, edf, assurances, internet...etc..)  que nous ne pouvons pas reporter et que nous ne pouvons pas payer pour le moment ! Une aide de 1500 nous sera sans doute allouée, cela nous aidera à payer nos charges privées et après nous n'aurons plus rien pour manger !  On nous propose de nous endetter avec un  prêt à faible taux d'intérêt, ce qui nous enfoncera encore plus.  Nous devrons probablement arrêter notre activité d'ici peu car nous ne serons pas en mesure de payer toutes nos charges à la reprise d'activité, nous n'aurons non plus les moyens de faire du stock.  (pour info, notre dernière commande ne nous a pas été livrée, le colis est perdu par GLs, qui a pris l'initiative de ne plus livrer les professionnels hors secteur alimentaire et pharma, nous n'avons donc pas non plus reçu de marchandises que nous aurions pu tenter de vendre sur internet). 
Quand nous devrons arrêter nos activités, nous n'aurons pas non plus droit au chomage !  Bref, au moment de la reprise nous nous retrouverons sans doute à la rue (car difficulté de payer loyer privé) sans emploi et donc sans revenu.   Il me semble qu'aucune aide supplémentaire n'est prévu pour les ménages comme le mien dont le mari est indépendant et l'épouse conjoint aidant et qui n'ont donc aucune autre source de revenu actuellement.  Nous sommes commerçants dans une région (Ardèche) où les mois d'hiver sont très calmes pour le commerce et donc en mars, notre réserve de trésorerie est épuisée. Le mois d'avril est un mois très important avec les vacances de Paques, la "bonne saison" redémarre  mais cette année nous perdrons au moins ce premier mois de saison aussi.  Nous nous posons beaucoup de question sur notre avenir, nous avons 53 ans, qu'allons nous devenir ? comment des commerçants tels que nous le sommes, pourront se sortir de cette crise ?  il me semble que devoir nous payer le rsa à long terme après notre faillite coutera plus cher à l'état que de nous octroyer une aide supplémentaire maintenant !    A la fin du "confinement" beaucoup de gens seront encore méfiants face à cette épidéi merci de l'attention que vous pourrez accorder à ce problème qui je pense , touche un grand nombre de "petits" indépendants. cordialement

Cédric - le 28/03/2020

 Bonjour Monsieur le député, aujourd'hui, on entend le gouvernement demandé de l aide pour les agriculteurs, ou peut-être d autres secteurs à l avenir ou après le covid 19 il y aura besoins de bras .J'ai commencé comme nombreux d'entre nous par travailler pendant les vacances scolaires, me permettant ainsi d acquérir mes premières expériences professionnelles, et me faire de l'argent de poche aujourd'hui trouver un emploi pour un jeune de moins de 18 ans et missions impossible, à cause d'une législation trop restrictive pour les employeurs , ne serait il pas pour tout ces jeunes qui ont envie de travailler de revoir ces inepties  ,les jeunes à 16 ans sont tout à fait capable ,puisque nous l'étions il y a quelques années. L'homme physiquement n'a pas régressé, alors pourquoi le gouvernement ne modifierait pas une fois de plus à la hâte  les lois et le code du travail ,ne serait ce pas là un bel élan de solidarité pour la nation ,offrir à tout ces jeunes la possibilité de ce rendre utile et d'apprendre ce que sont les valeurs du travail  et de l argent  .
Parfois j'ai le impression que cette société marche à reculons,et après on se retrouvent avec des gens qui rentre dans la vie active avec aucune expérience, pourtant avant les choses étaient beaucoup plus simples et tout le monde avait à y gagner quand on sait combien coûte un intérim  (environ 3 ×le prix d un ouvrier au smic pour une entreprise) c'est vrai que les agences intérimaires n avait pas encoŕe trop pignon sur rue on comprend peut être mieux pourquoi travailler lorsque on a moins de 18 ans devient tant compliqué pourtant il pourrait exister un contrat emploi étudiants avec des charges reduites pour les employeurs  par exemple tout le monde y serait gagnant et disposerait de main d'oeuvre qui dans les temps à venir risque de faire cruellement défaut. Il serait tant que les politiques agissent 
À méditer 
Cordialement

Joelle - le 28/03/2020

Je suis retraitée de l'éducation Nationale . ( Chef d'établissement ) La décision de 

maintenir les épreuves du BAC 2020 ET du DNB me semble déraisonnable ;

Comment nos jeunes pourraient ils réussir à l'issue d'une année scolaire amputée de plusieurs semaines? ? ? Nous attendons de la part de Mr Blanquer  une démarche  réfléchie longuement ; d'autant que nul ne peut savoir si les établissements scolaire réouvriront leurs portes le 4 MAI !

Olivier - le 27/03/2020

Le morale des salariés touchés par  le confinement et ne pouvant pas faire de télétravail tombe de plus en plus bas.
Mr le Président promettait au tout début du confinement des aides considérables avec le chômage partiel.
À ce jour, rien n'a été mis en place .
Les responsables d'entreprises sont dans un flou artistique. 
On ne sait toujours pas comment ce chômage partiel va être mis en place.
Le décalage des vérifications périodiques de trois mois vont détruire des miliers d'emplois dans les organismes de contrôles par exemple. 
Les ordonnances font du bien pour certains et du mal pour d'autres.
J'ai peur que notre gouvernement soit dépassé. ..
On annonce des aides et petit à petit elles disparaissent .
Ils est clair que nous sommes en guerre mais comment l'un des pays les plus riches du monde peut il être aussi mal organisé en cas de crise alors que nos services publics sont les plus importants du monde.
J'en appelle au bon sens et surtout à une prise de responsabilité de nos dirigeants de notre belle République.
Ils ont voulu être au pouvoir pour le bien être du citoyen français. 
Alors qu'ils réagissent et vite car une autre guerre se prépare, des centaines de milliers d'emplois vont disparaître...
Nos familles vont exploser et on risque un soulèvement collectif plus important que celui des gilets jaunes.

Robert - le 27/03/2020

pénurie de lait à St Martin d'Auxigny (18)

ne faire les corses qu'une fois par semaine c'est devenu impossible

il va falloir des tickets de rationnement ou autoriser les caissières à refuser des chariots….. avec tous les risques que cela comporte pour elles, à moins que ce soit le directeur qui s'y colle (ou les vigiles dans les hypers)

Robert - le 27/03/2020

Manque d'œufs à Toulouse, manque de lait en 1 litre à Fronton, Grisolles
Des salades ... on a l'impression qu'elles son venues à pied du Zimbabwe
Pas de fromages de chèvre en bûche à Fronton. Mon épouse à pris le seul qui restait puis m'a interdit de le manger (ayant perdu le goût je ne me rendais pas compte qu'il était dégueulasse quasi pourri)

Robert - le 27/03/2020

Président en apprentissage, afin de vous former je tiens à vous faire part de ma propre expérience biologico-médicale. Au début vos sbires nous ont dit que, guéris du Covid nous n'aurions pas de séquelles. Tiens, tiens! Ma grand-mère rescapée de la grippe espagnole, a eu la tuberculose quelques années plus tard. Hazard ou était-ce dû à un organisme affaibli incapable de se défendre ? Je vous conseille donc de bien sensibiliser les médecins sur les risques infectieux à venir, sur la vaccination BCG mais pas uniquement. En effet après mon infarctus en 2000 mon excellent généraliste m'a dit que j'étais à risques et que la première chose était de me faire vacciner contre le Pneumocoque. Il avait raison. Sauf que ces dernières années pour le renouvèlement il a fallu attendre 6 mois pour cause de rupture de fabrication ???? Il faut donc envisager une vaccination à grande échelle contre cette bactérie qui peut être mortelle sur des organismes atteints par un Covid ou par un autre virus. Mais il faut anticiper pour avoir du vaccin.
En 2004 suite à un énorme rhume (virus de la pneumopathie de mon petit-fils) j’ai découvert que j’avais perdu l’odorat et le goût. J’aurais pu aussi devenir sourd d’après le professeur de Rangueil qu’à l’époque j’avais pu consulter rapidement (ce ne serait plus le cas aujourd’hui). 16 ans plus tard toujours pas de récupération sauf pour les hydrocarbures (dont gaz). Rien qu’un misérable virus peut laisser des séquelles à vie. Ne plus sentir les fuites de gaz ménager peut-être mortel. J’ai eu de la chance. Il convient donc de sensibiliser tous le système médical afin que la population sache si elle a perdu l’odorat et le goût voire de l’audition. Perdre le goût peut vous conduire insidieusement à saler votre alimentation, à sur-saler, à saler à l’extrême si quelqu’un ne vous freine pas. Or le sel c’est mortel à cause de l’hypertension.
Aujourd’hui on entend que la perte de l’odorat et du goût sont dans certains cas précurseurs des symptômes du Covid. Le discours change mais de grâce faites en sorte que les séquelles du Covid soient diagnostiquées très tôt même si aucun remède n’existe. Il est simple de demander à la population de tester l’odorat (il pourrait y avoir en pharmacie des kits de détection mis en œuvre par les pharmaciens eux-mêmes). Pour le goût il suffit pour tester de vérifier que l’on distingue toujours tous les sirops de fruits. Pour moi ils sont tous sucrés (même le vin blanc moelleux est du sirop), même le jus d’orange de la mairie que j’ai bu goulument par soif….était en fait du punch, heureusement j’ai été sauvé par mon épouse
J’espère que mon expérience vous sera utile pour votre apprentissage

Marie - le 26/03/2020

Mais qu'attendez-vous pour parler du traitement du pr Raoult???

Hydrocycloride +Azithromycine.... on ne croit plus ce "baratin " des hommes politiques si ce n'est pas suivi d'actes !

Suivez votre conscience, aimeriez-vous que votre femme, vos enfants etc... ne reçoivent pas ce traitement en cas de corona virus???? Répondez en toute vérité  sans vous exclure du peuple de France et en restant dans vos rangs de privilégiés qui auront accès immédiatement à ce traitement si besoin!!!

Merci de prendre un temps de réflexion personnelle  en VERITE !

 

Nous comptons sur votre bonne foi!

© 2020 par Fabrice Brun - député de l'Ardèche - created with Wix.com