VOS TÉMOIGNAGES

Robert - le 25/03/2020

Président, en apprentissage, vous et votre compère précédent avez mis la France à genoux par votre incapacité à comprendre ce que signifient: stocks stratégiques médicamenteux, alimentaires, énergétiques et dissuasion. Vous pensez encore que l'écologie du boboland va nous permettre de redresser la France. Stopper sine die l'interdiction du glyphosate, le démantèlement de Fessenheim. Arrêtez de nous raconter des histoires en promouvant "les circuits courts" pour sauver les agriculteurs. Comment approvisionner les villes avec des circuits courts, c'est de la "bobologie". Pour redresser la France il nous faut des agriculteurs productifs, rentables, forts, exportateurs. Il ne sert à rien d'embrasser les agriculteurs aujourd'hui pour mieux les assassiner demain comme hier. Pouvez vous comparer le nombre de morts par le glyphosate à celui du nombre de morts par le paracétamol, par la simple grippe, par le covid. Ma grand mère, rescapée de la grippe espagnole vous maudirait pour votre imprévoyance et vos mensonges scientifiques faisant croire que les Français vont mourir du glyphosate et de Fessenheim. Etes-vous prêt à affronter comme ce fut le cas en 1956, un hiver d'un mois à -25° sur toute la France. Etes-vous prêt à nourrir les Français si le climat de juillet et août empêche toute récolte de céréales comme c'est arrivé en Suisse, en Angleterre et aux USA au début du XIX siècle (vers 1817 à cause d'un volcan indonésien)

Les stocks stratégiques, ça coûte cher on espère n'avoir jamais à s'en servir comme la bombe atomique mais parfois ils sont bien utile quel qu'en  soit le prix

Etes-vous prêt à créer en France de nouveaux sites Seveso pour fabriquer des médicaments en Europe. Etes-vous prêt à accepter quelques grosses exploitation d'élevage (tout en préservant les petites j'y tiens, les deux modèles sont indispensables)

Jean-Louis - le 25/03/2020

Messieurs

 

Mon activité m'a amené à oeuvre dans les systèmes urgence pendant 17 ans ou j'ai du subir les luttes entres ministères intérieur  et ministère  santé entre médecins et entre Paris et la province et malgré mes alertes pour défendre le victimes , personne en a tenu compte.

C'est exactement ce que je ressens de la gestion de cette pandémie. Des intérêts divergeants gérés au lieu de s'occuper des francais depuis le premier jour.

 

La gestion de cette crise reflete la stratégie donnée à la nation et non aux francais. 

L'absence de prise en compte et d'anticipation depuis la connaissance des risques en décembre 2019 n'est pas acceptable. 

Le sentiment d'abandon et laisse pour compte d'une partie de la population et de par l'age est une véritable honte pour la France.

Nous ne sommes pas au Temps de Molière mais au 21ieme siécle. 

L'abandon des personnels de santé au profit de l'administration n'est pas acceptable etc.

 

La confiance n'est plus la envers les gouvernants,et j'ai peur que bientot cela soit chacun pour soi dés que les morts s'accumuleront et que le sentiment d'abandon grandira.

La confiscation de médicament, de tests de masques et les luttes politiques envers les médecins qui font leur travail de sauver des vies est inacceptable et fera plus de mal à la France à terme. 

L'absence de stratégie de sortie de crise et de ne pas distribuer de masques de respirateurs et médicament aux personnes malades et faire de tests  va coûter beaucoup de vie quelques soit l'age.

Je suis confiné depuis le 14 mars mais je me pose des questions pour le futur et la capacité de ce Pays a se réconcilier hormis l'aspect économique qui sel semble être votre préoccupation. 

Je doute que vous liez ce retour d'expérience mais c'est fait

François - le 25/03/2020

Mars, avril ... Deux mois de vacance pour ceux qui seront payer... Supprimé juillet et août. Pour compenser et relancer l'Economie.

Marie-Thérèse - le 25/03/2020

Nous demandons le depistage de tout le monde ,tout de suite, n'est ce pas la prévention que l on doit  faire , en chine ils sont bien plus rigoureux que nous , tester toutes les personnes qui rentrent sur le territoire, ce n est pas bien difficile, nous avons vraiment à faire à des gens incapables d'organiser en urgence des 

dispositions efficaces, on avait connaissance de tous ces morts en chine, et avec  tous ces gens qui circulent entre les pays ,c'était bien à prévoir que nous n'allions pas y échapper au lieu de tergiverser et de se réunir pour rien , nous allons mourir et vous aurez notre mort sur la conscience, ça serait moi qui ai des responsabilités  je ne dormirais plus et je n'oserait plus me présenter devant les personnels soignants , les médecins  qui n ont pas de matériel , ni de protections pour assurer notre survie.Beaucoup de personnes pensent comme moi  et non pas les moyens de vous le faire savoir  .

Fabienne - le 24/03/2020

Je suis pharmacien titulaire dans une cité et je vous écris pour vous faire part de ma colère quant au non respect des mesures de confinement de la part de certains individus (toujours les mêmes) qui sont agglutinés sur le parking des heures entières !! Notre équipe continue à travailler à accueillir les patients avec toutes les précautions pour lutter contre cette pandémie et certains continuent à vivre comme si rien n avait changé  La police est absente il n’y a aucun contrôle Je pense que les mesures prises ne sont pas assez strictes pour ces personnes là ,que leur comportement est inadmissible et qu ils mettent en danger la vie des autres Apparemment la loi n est pas la même pour tout le monde Je suis d autant plus en colère que je suis professionnelle de santé en contact quotidien avec des patients infectés ou pas

Béatrice - le 24/03/2020

Qu’en est-il de la responsabilité de l’entreprise (personne physique ou personne morale) si un de ses salariés est contaminé ? Car on nous demande d’être solidaire économiquement mais sous notre responsabilité puisqu’il faut mettre en place toutes les mesures sanitaires possibles (sans masque, sans gel…). Il serait bien de voter une loi qui exonère les entreprises de responsabilité en cas de contamination car nous parlons bien d’une pandémie !

Bernard - le 24/03/2020

Bonjour,

Je suggère que les "soignants" qui, malheureusement, ont contracté le Covid-19 en service ("Nous sommes en guerre") et qui en sont décédés fassent l'objet (comme les militaires morts en opération) d'une reconnaissance nationale. par exemple Chevalier dans l'Ordre du Mérite. Respectueusement.

Stéphane - le 24/03/2020

Bonjour, président d'une association sportive de 180 licenciés employant un salarié sur la commune des Vans, nous sommes dans une impasse car aujourd'hui personne est en mesure de nous apporter des réponses sur les aides, les allégements de charge, les prêts et les aides que nous pourrions obtenir pour periniser notre salarié et notre association. Au rythme actuel, notre association sera en cessation de paiement fin mai et nous serons probablement obligés de déposer le bilan et de laisser 130 enfants et 1 salarié sans activité. Le FEA n'est pas en mesure de nous répondre, L'Agence nationale du sport (CNDS) non plus et notre Fédération n'a rien prévu à cet effet. Nous n'avons plus de rentrée financière et dans le contexte actuel, il n'est pas concevable de solliciter nos partenaires locaux, donc nous avons l'impression que le monde associatif est laissé à l'abandon, aucun article ni décret traitent des associations, qui plus est avec un salarié. Dans une zone en zrr, le tissu associatif joue un rôle majeur mais parfois méconnu, auriez-vous des réponses, des solutions à nous apporter, merci par avance.

Valérie - le 24/03/2020

Bonjour, je vous envoie ce message en tant qu'infirmière libérale pour attirer votre attention sur la situation inquiétante des lieux de vie de personnes âgées ou handicapées, qui sont actuellement dépendantes des choix, et du niveau de prise de conscience, de leurs responsables.

C'est à dire que, sur mon secteur, nous avons actuellement une EHPAD dont les 2/3 des patients sont malades, 10 sont déjà décédés, les autres en fin de vie... C'est une hécatombe qui se déroule actuellement sous le regard des soignantes qui doivent vivre la double souffrance de savoir que c'est elles qui ont fait entrer le virus dans l'établissement, vu qu'il était fermé aux visites et qu'elles, par contre, n'avaient pas de masques, et de voir mourir un à un leurs patients, le tout dans la solitude et l'isolement puisque même les urgences refusent de se déplacer pour ces patients.

En parallèle, dans une autre EHPAD, alors que les soignantes pourraient être équipées (nous leur en avons fourni), la directrice refuse qu'elles portent un masque. Elle les en empêche donc, par autorité.

Dans une maison de retraite et un établissement d'accueil pour personnes handicapées, le repas est toujours servi dans le réfectoire. Les soignantes sont, elles, masquées, mais aucun des intervenants sociaux ne l'est. Les personnes qui font le ménage, servent le repas, changent les draps... ne portent pas de masque. L'hécatombe viendra aussi d'elles, probablement...

Une collègue travaillant dans une EHPAD a tenté de mettre un panneau "STOP" sur les portes des personnes infectées, cela lui a été refusé par la direction, qui a argué que ça allait "stresser les résidents"...

Nos collègues travaillant dans ces établissements sont actuellement dans une très grande souffrance. Il s'agit de lieux de vie, avec des personnes que les soignantes soignent souvent depuis plusieurs années, et pour lesquelles, en conséquence, elles éprouvent une réelle affection, et devoir ne pas pouvoir les protéger, même être à l'origine de leur contamination, et les observer mourir les unes après les autres dans la solitude et sans avoir le moindre soutien est une souffrance énorme.

Il est urgent d'intervenir pour donner des consignes claires à ces établissements, et ne serait-ce que leur permettre d'accéder à des masques pour tous les intervenants de santé et sociaux. Certains établissements le font déjà... D'autres non. Et il semble hélas que ce soit, à ce jour, dépendant du bon vouloir de la direction de ces établissements.

Cordialement.

Jean-Laurent - le 24/03/2020

La situation est préoccupante, pas seulement par la pandémie, mais surtout la capacité de notre gouvernement à gérer cette crise inédite mais dont le type fait parti des plans de prevention connus. 

Ces gouvernements qui depuis des décennies nous rabattent les oreilles avec les dogmes tel que la croissance, la bourse, la finance... la spéculation sur l’armement, « conventionnel » et nucléaire... se justifiant pour cela à travers d’autres dogmes politiques aussi idiots et toujours plus éloigné de l’essentiel : l’humain.  

Mais réjouissons nous, cela pourrai être pire encore, car l’avidité et la cupidité stupide de l’homme nous réserve encore de belles frayeurs. Nous sommes loin d’être à l’abri d’une attaque ou d’un accident nucléaire majeur, oui, la folie de l’homme sévit toujours, difficile d’imaginer alors l’incapacité de l’état face à une catastrophe pire encore ! 

Un état capable de dépenser des milliards dans le nucléaire militaire et pas cinq cent millions dans du matériel de protection et prévention pour protéger sa population. 

C’est parfaitement stupéfiant et terrifiant !

Les slogans politiques ne remplacerons pas l’action, elle ou cette Europe qui protège, elle est ou cette république qui protège, il est ou le gouvernement ou cet état qui protège ?

Vous êtes indignes des responsabilités que nous vous avons confié avec grand espoir. 

Finalement vous faite comme vos prédécesseurs. 

N’attendez aucun soutien et indulgence. 

Les urnes parlerons !

Jasmine - le 24/03/2020

Bonjour, Permettez de venir poser une question : Sachant que certaines régions,et départements,comme l'Ardéche,sont pourvus de nombre de résidences secondaires de personnes de tous les coins de France et d'Europe,que les déplacement sont strictement interdits,loin du domicile..Ici,en Ardèche,on ne s'explique pas,alors,que nombres de Résidences secondaires s'ouvrent de jours comme de nuit ainsi que certains gîtes??? des gens de Menton,Nice, Toulon,Lyon....mais encore.. Où est alors le confinement?sur de si grandes distances. Pourquoi,même si elle ne peut pas mettre de PV,l'Armée n'est pas utilisée? Et de synchroniser des contrôles aériens avec les contrôles des Forces de l'Ordre à Terre?? Toutes ces personnes peuvent transporter le Covid 19;;et ,ici,on prend vraiment peur de ces inconscients... Merci de pouvoir y faire quelque chose..sinon,le confinement ne voudrait il rien dire???C'est à rien y comprendre.. Avec ou sans autorisation,le virus se promène.Comment faire confiance quand on voit de tel phénomène?

Gilles - le 24/03/2020

Bonjour, Hier, en rentrant des courses ( hebdomadaire), j'ai été voir un maraîcher de mon village pour lui proposer mon aide et celle de mon fils de 19 ans ( en BTS à Aubenas). 1° constat : Il a une possibilité de production énorme ( 10 saisonniers les années précédentes) mais il a tellement été "emmerdé " ces dernières années par les différents contrôles qu'il a décidé cette année ( avant la crise) de réduire sa production et de travailler seul. Il a les moyens et les connaissances ( ingénieur agricole) mais compte tenu de sa situation, il ne compte pas augmenter sa production. 2° constat : Malgré ma volonté, je ne crois pas qu'il est légalement possible de travailler pour lui compte tenu de ma situation ( chômage technique partiel). Quelles solutions pour alléger la lourdeur des procédures? Il y a des moyens, des connaissances, de la volonté mais plus personne n'a envie de rien faire compte tenu des lourdeurs administrative. Comment faire pour éviter la crise alimentaire qui se profile....? Merci d'avance

Gilles - le 24/03/2020

Bonjour, Je suis confiné chez moi à Chandolas. J'ai la chance d'avoir une maison et 2 000 m² de terrain. Je suis en chômage technique partiel mais ne travaille pas beaucoup ( commercial en maison individuelle). J'ai donc beaucoup de temps. Je souhaiterai faire un potager comme chaque année et pendant cette semaine, j'ai donc préparer mon terrain. Hier, en allant faire mes courses hebdomadaires, je voulais acheter des plans ou des graines mais les jardineries sont fermées par décision gouvernementale. Serait il possible de changer ce point afin d'éviter une crise alimentaire qui se profile.

Patricia - le 22/03/2020

Pourquoi on effectue pas des tests du covid 19 sur tous les personnels soignants qui sont  auprès des patients ou résidents afin peu être de limiter une contamination dans le milieu médical, ehpad?  (Médecins,IDE, AS, ASH...)

Sandrine - le 23/03/2020

Bonjour 
Je  fais un second message pour les ets du BTP
Avez-vous conscience que si les salariés du BTP travaillent à l'heure actuelle ils risquent leur vie et à ce moment la vie économique comme le dit notre président ne pourra alors plus redémarrer. Pouvez-vous svp intervenir pour faire arrêter les ets du BTP. Les chefs de ces ets ne savent plus comment faire de plus le chômage partiel doit être appliqué aussitôt. J'espère que vous partagerez mon désarroi d'avance je vous remercie. Les ets sont en état de stress maximum c'est un cas de conscience pour les chefs d'ets.
Je vous de bien réagir au plus vite.
Merci pour eux 
Bien cordialement

Valérie - le 22/03/2020

Bonsoir,

Conjointe collaboratrice d'un mari qui tient un petit hôtel restaurant en sud Ardèche, ouvert à l'année, donc pas de titre mais beaucoup de présence et de travail dans un établissement que nous aimons.

On entend parler depuis plusieurs jours des différentes charges ( Urssaf, Edf, etc ) gelées pour le mois de mars mais on ne parle pas des couples qui travaillent tous les 2 dans le même établissement à qui on impose de fermer sa société donc stopper notre vie professionnelle, ce geste est bien perçu mais à titre privé lorsque aucun revenu ne rentre dans le foyer comment allons nous payer nos dépenses privées, ? nos enfants en bts et cap en alternance nous ont dit nous donner leurs payes le mois prochain pour ne pas perdre notre maison, on ne parle pas de nous.

Cela me fait mal d'entendre des salariés ou des chômeurs se plaindre de leurs droits alors qu'ils vont être payé, faire des économies d''essence et de garde d'enfants mais nous les indépendants ? qui parle de nous ?, des rabat-joies sur les réseaux sociaux qui disent que c'est bien fait, que l'on s'en met plein les poches, je veux bien échanger les rôles car nous sommes très loin des 35h.

Ce qui est perdu est perdu, cela ne se rattrape jamais, la période estivale est courte: nous ne pourrons jamais remonté le CA de notre société.

Mon hôtel de 6 chambres est prêt au cas où des chambres seraient réquisitionnées.

Ce soir j'ai téléphoné à une de mes amies qui travaille avec des personnes handicapées dans un centre très connu en Ardèche, cette amie est inquiète malgré que pour l'instant personne ne soit atteint du virus, cette association recherche du personnel au cas où, j'ai proposé mon aide afin de me rendre utile, le travail est toute ma vie et là on me le retire de force donc quand je vois que dans notre village de 1400 habitants que des voisins sortent en voiture plusieurs fois par jour ou d'autres qui jouent aux boules ou qui boivent l'apéro tranquille sur l'une des terrasses j'ai envie de hurler leur inconscience, oui le risque est faible dans notre beau village mais il n'y a pas de frontière et beaucoup ne se rendent pas compte ce que veut dire confinement. Chacun de nous s'occupe à sa façon en espérant que cela ne dure pas trop longtemps.

Aujourd'hui je pense que beaucoup de sociétés comme la nôtre ne se relèveront pas car les charges reportées devront être payées mais avec quoi ?, j'ai la chance de ne pas avoir de personnel sauf en été mais la trésorerie est à 0 en fin d'hiver.

Je sais que nous sommes en cas d'urgence mais cela vaudrait le coup de regarder de plus près des situations comme la nôtre car si le chômeur s'inquiète de ses droits, c'est nous les petits patrons qui leur apportons du travail même sur une courte durée: le tourisme a une place très importante en Ardèche.

 

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout en espérant des jours meilleurs .....

Christian - le 22/03/2020

Bonjour,

Dans le cadre du confinement, nous échangeons en permanence avec nos voisins, amis par téléphone et nous constatons que certains comportements sont totalement irresponsables. Exemple, une caissière d'une grande surface nous dit voir PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, les MEMES personnes faire des courses dans le magasin. Il faudrait rappeler que, dans les exceptions du confinement, il faut absolument limiter les utilisations des mesures dérogatoires. Par ailleurs, il faut absolument, et dans les plus brefs délais, RATIONNER les achats dans la grande distribution.

Un grand grand merci à tous ceux et celles qui travaillent pour notre survie.

Andree - le 22/03/2020

Bonjour 

Nous avons organisé un lien WhatsApp pour les infirmièrs libéraux d’Aubenas auxquels sont venus ce joindre des médecins. Pour le matériel pas de soucis . Nous aurions souhaité organiser un accueil ds un lieu dédié comme un lycée ou un hôtel ms pour ça nous avons besoin de l’ars qui est aux abonnés absents ...

Vous pouvez me joindre pour plus d’infoS au numéro laissé plus haut. 

En espérant votre soutien et votre aide. 

A Palme

Psdte cidoi 07/26

Sandrine - le 22/03/2020

Nous avons reçu aujourd’hui un télégramme du Ministre de l’intérieur qui demande aux entreprises du bâtiment de continuer leur activité et de retourner dès maintenant au travail.

 

Nous entendons chaque jour dans les médias qu’il est impératif de rester chez nous. Les médecins et scientifiques sont formels sur ce point. Sur les chantiers, nous ne disposons pas souvent de point d’eau, nous allons au domicile du client, nous sommes à côté de notre collègue dans le camion, nous n’avons pas de gel, celui-ci étant en rupture de stock. Le danger du virus est là.

 

Donc par soucis d’économie, le gouvernement nous demande de mettre notre vie en péril malgré les recommandations des plus grands médecins du pays. Le gouvernement ne nous donnera pas le droit au chômage partiel à cause de ce télégramme. L’ouvrier semble être là dernier roue du carrosse.

 

De ce fait, j’invite tous les ouvriers et mes collègues chef d’entreprise à partager ce post et à appeler le Fédération française du bâtiment ou la Capeb pour vous faire entendre et partager votre indignation.

 

Ensemble, nous allons défendre notre droit, nous avons nous aussi le droit à la protection de nous même et de notre famille.

Cédric - le 22/03/2020

Je ne suis pas chef  d entreprise je suis juste délégué du personnel pensez vous que faire travailler des sociétés où se côtoient parfois 50 personnes est il un moyen de lutte efficace contre le covid 19 on parle de confinement ne serait il pas plus judicieux de fermer  ces entreprises le temps nécessaire que de les  faire tourner  avec les risques que l'on connaît tous avec pour conséquence une économie nationale au ralenti pour une durée qui sera beaucoup plus longue à mon humble avis, le pouvoir aux actionnaires bien confinés, la maladie aux ouvriers arrêté de voir toujours par l'argent les Français, les ardechois, seront répondre présent le moment venu, rapidement si des gens sensés les représenter pense avec leur tête et pas avec leur porte feuille pour une fois

Yohann - le 22/03/2020

Est-ce qu'il y a un plan pour accélérer le déploiement de la fibre en sud Ardèche ? Beaucoup d'enseignants ont dû ml a se connecter ou a transmettre des fichiers, pour ma part je galère à récupérer les cours de la maîtresse de mon fils quant a mon télé-travail les réunions en visioconference sont déplorables.

Sandrine - le 19/03/2020

bjr MR LE Députer  

je voudrais savoir  pour travailler chez un particulier pour du mènage   par chèque emploi  quel  sont les droits        

si l empolyeur  veut pas vous mettre o chomage partiel         

merci de votre réponse

Daniel - le 22/03/2020

vous parlez pas assez des agriculteurs   ils font comment  pour s'occuper de leur vaches ou brebis      on til le droit de les sortir

Patricia - le 22/03/2020

 

Bonjour,

 

Pourquoi on effectue pas des tests du covid 19 sur tous les personnels soignants qui sont  auprès des patients ou résidents afin peu être de limiter une contamination dans le milieu médical, ehpad?  (Médecins,IDE, AS, ASH...)

Linda - le 21/03/2020

 

J’ai bien de la peine pour nos commerçants, artisans et restaurateurs qui ne peuvent pas ouvrir et risquent la clefs sous la porte.

 

Dans votre intervention à la radio, vous disiez que « le fond de solidarité pour toutes ses professions n’étaient pas alimentées, que ce n'était qu’une ligne sur le papier »

 

Alors serait il possible car je vous sais pleins de bon sens de créer une cagnotte en ligne voir un lieu de dons. Pour qu’un fond soit créer et aider les petites structures à s’en sortir.

 

Je garde mon argent pour la réouverture de ceux ci. Mais mon budget de restaurants ce mois ci, même si il n’est pas mirobolant peut bien être offert pour la bonne cause.

 

J’espère que cette idée pourra faire son chemin dans les mains d’une structure responsable, sans favoritisme et équitable.

 

Merci à vous et votre équipe

Stéphane - le 21/03/2020

A la suite de la parution dans le Dauphiné Libéré de ce jour d'un article dans lequel vous apparaissez avec Monsieur Flory et Monsieur Journet je me suis permis de contacter votre suppléante Madame Bauland membre du bureau syndical du SMAM comme moi.

Le syndicat des buralistes toujours présent lorsque l'Etat a besoin de lui,s'inquiète par rapport au COVI-19.

D'après ce que m'a rapporté Brigitte la société Germandré Cosmétic serait dans la possibilité de produire en quantité du gel hydroalcoolique.

Nous aimerions fournir à la totalité des buralistes ardéchois ( y compris les non syndiqués bien entendu !) 1 litre de ce précieux liquide qui permettrait de détendre un peu nos clients quotidiens mais aussi tous les buralistes qui ont choisi de rester ouvert .

Nous comptons sur notre territoire 160 buralistes .

Le paiement serait pris en charge par notre syndicat pour la globalité et nous règlerons la société comptant en prenant en charge les frais de port.

Afin de simplifier les envois nous avons pensé avec notre Président Monsieur Pascal Clermont de concentrer les envois sur quelques collègues qui mettraient à disposition des voisins le gel.

Ainsi nous pensions à minima 3 livraisons Annonay Privas et Aubenas.

Ou pour éviter trop de déplacements en plus de ces 3, des membres du bureau avec par exemple Rosières et Saint Péray, enfin tout cela sera fonction du fournisseur.

Je sais toute l'importance que vous accordez à la vie dans nos villes et nos villages, nous représentons bien souvent le dernier lieu de service public et d'informations dans nos campagnes et nous ne voulons ni être infecté ni encore moins contaminer les milliers de clients qui entrent chez nous.

Nous allons contacter la société Germandré Cosmetic dès aujourd'hui et nous comptons sur vous pour nous aider à obtenir une réponse favorable de leur part.

Je vous remercie de nous avoir inspirer grâce à votre présence dans la journal,et je vous prie de recevoir,Monsieur le Député, toute la considération des buralistes d'Ardèche.

Joel - le 21/03/2020

J'ACCUSE LE GOUVERNEMENT DE NOUS METTRE EN DANGER

 

Lettre de la SARL ATELIER DU BOIS à Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les ministres

 

 Monsieur le Président de la République,

 Mesdames et Messieurs Les ministres,

 

Je suis le gérant d'une petite entreprise de menuiserie en Ardèche.

J'ai 2 salariés et une activité qui se porte bien depuis plusieurs années grâce à un investissement humain et une conscience professionnelle de toute l'équipe.

 

Dimanche 15 Mars, au soir, un de mes salariés m'a appelé. Son fils avait été en contact dans la semaine avec un enfant contaminé au COVID 19. Que fallait-il faire? Nous avons appelé le 0 800 130 000. On nous a répondu que notre salarié et sa famille devaient être confinés pour 14 jours....Notre interlocuteur nous a informés aussi que toutes les entreprises du bâtiment allaient être fermées pour confinement.

Lundi soir, nous avons appris par le Président lui même, que nous étions en guerre et qu'à partir du mardi midi, tout le monde devait se confiner pour 14 jours....

Conscient de l'extrême urgence de la situation, avec les premiers malades du COVID 19 qui arrivent dans notre région, et rassuré par les propos du gouvernement qui a assuré son soutien "quoiqu'il en coûte" aux entreprises, j'ai décidé la fermeture de mon entreprise.

Je ne suis pas une multinationale, je ne gagne pas des millions...J'ai une petite trésorerie qui, une fois mes fournisseurs payés, peut me permettre de tenir 1 mois, voire 2, et ceci, sans compter  les charges sociales qui représentent la plus grosse part de mon budget.

 

Mercredi 19 Mars, j'ai appris que le président m'exhortait à reprendre mon activité... J'ai entendu Madame Pénicaud parler de manque de civisme, ... Les rumeurs disent même qu'on a été traité de profiteurs et de fainéants parce qu'on voulait profiter des aides de l'Etat par le biais du chômage partiel.. Et tout ceci alors que vous dites que les français ne respectent pas le confinement... Tout ceci alors que des amendes tombent dans tous les sens pour les personnes qui ne respectent pas le confinement. Tout ceci alors que l'accès aux plages est interdit...

 

Mais de qui vous moquez-vous? Pour qui nous prenez-vous?

Croyez-vous que ce soit facile de fermer à clé son entreprise alors qu'on a tant de travail en suspens !?

C'est la mort dans l'âme que j'ai fermé ma petite entreprise.

 

Deux jours après on  me demande de reprendre l'activité ? 

Mes fournisseurs ne sont plus dans la capacité d'assurer les fournitures de mes matières premières...

Mes clients confinés ne veulent plus me voir

Mes salariés ont peur de venir travailler.

Je ne peux assurer leur sécurité...Je n'ai pas un véhicule pour chaque salarié, un outil réservé à chaque salarié, des machines attribuées à chaque salarié... 

J'avais une dizaine de masques et hier, je les ai proposés à une amie qui travaille à l'hôpital sans masque....

 

Je ne peux pas assurer la sécurité de mes salariés.

Je ne veux pas être responsable au cas où ....

 

Non Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les ministres, Nous ne sommes pas des fainéants ou des profiteurs...

Nous travaillons, nous cotisons (et pas qu'un peu!) depuis des années. Nous participons très activement et très consciencieusement à la vie économique du pays.

 

Nous sommes des citoyens très inquiets dans cette crise et nous sommes choqués de votre gestion désastreuse de cette situation. Ces dernières mesures concernant notre reprise de travail va à l'encontre des mesures de confinement .

 

La menuiserie, comme beaucoup d'activités du bâtiment, ne représente pas une activité essentielle à la survie des citoyens...

Respectez-nous, nous, artisans et salariés du bâtiment.

Respectez-nous, respectez notre santé.

Respectez  notre vie.

Aidez nous à nous protéger et non l'inverse.

 

J'ACCUSE VOS MESURES DE NOUS METTRE EN DANGER

© 2020 par Fabrice Brun - député de l'Ardèche - created with Wix.com